Nous contacter
Le Site du RFC Malmundaria
Site web Architectes Bastin-Becker
Skip Navigation Links
Skip Navigation Links.
Expand LE CLUBLE CLUB
Expand EQUIPES PREMIÈRESEQUIPES PREMIÈRES
Expand ECOLE des JEUNESECOLE des JEUNES
Expand DIVERSDIVERS
NEWS
§ PRESSE
§ REDACTIONNEL
§ PRESSE
§ PRESSE
§ MATCHS du WE
§ PRESSE
§ PRESSE
§ PRESSE
§ PHOTOS NETTOYAGE
§ STATISTIQUES P1
§ BILAN SAISON 2019-20
§ PHOTOS U21 Régionaux
§ PHOTOS U11
§ PHOTOS Rétros
§ PHOTOS U09
§ PHOTOS RFCM CHAMPION
REVUE PRESSE du Mercredi 14/10/2020
Mercredi 23/09/2020 FOOTBALL

Duthoo : « Pourquoi pour trois semaines et pas six ou huit ? »

L’ACFF a communiqué ses décisions ce mardi soir

Le verdict est donc tombé ce mardi soir : toutes les compétitions seniors sont suspendues jusqu’au week-end du 1er novembre inclus. Nous voilà donc partis pour trois week-ends sans match de foot, si tout va bien. En attendant, les jeunes (jusqu’aux U16) peuvent continuer à jouer et les entraînements (sans accès aux vestiaires) sont autorisés pour tout le monde. Qu’en dit-on dans nos clubs ? Nous avons donné la parole aux présidents de Herve et d’Aubel, aux coachs de Dison et Malmedy, ainsi qu’à un joueur.

Plus de match de foot chez les seniors (hommes et dames) durant trois week-ends, au moins. Telle est la décision prise ce mardi soir par le Conseil d’administration de l’ACFF et elle entre en vigueur dès ce jeudi. Tous les matchs reprogrammés jeudi soir (dont trois en P1 et deux en P2C) passent donc à la trappe. Au mieux, on pourra rejouer à partir du lundi 2 novembre. Forcément, cette décision fait réagir, car les clubs, qui sont privés de buvette, vont devoir s’adapter à ces nouvelles données.

Certains, comme Marc Duthoo, le président du Royal Aubel Football Club, veulent y voir du positif. « On est déjà content que les championnats puissent continuer pour les jeunes. Chez nous, c’est essentiellement de la formation et si on prive les jeunes des terrains de foot, on va en faire des vedettes de Play Station. Par rapport à la jeunesse, c’est donc une solution de sagesse et de bienveillance, » développe-t-il.

Un premier constat positif qui ne l’empêche pas de s’interroger sur les mesures prises ce mardi soir. « Pourquoi ces mesures sont-elles prises pour trois semaines plutôt que six ou huit ? J’ai du mal à comprendre cette durée de trois semaines. Je pensais qu’on irait vers une interruption plus longue, au moins jusqu’à la fin du mois de novembre pour laisser passer la deuxième vague. Qui dit que dans trois semaines la situation se sera améliorée ? Et si c’est pour encore postposer de trois semaines par la suite... »

Voilà en tout cas les Aubelois privés de leur déplacement à Elsaute ce jeudi soir. Pour ce qui est de la tenue des entraînements, qui restent autorisés, une réunion doit encore avoir lieu au sein du club. « Il va falloir garder les joueurs en éveil jusqu’à ce que la compétition reprenne. En attendant, chaque équipe était de plus en plus impactée et les championnats adultes devenaient tronqués. »

SPIRLET : « CONTINUER SANS RENTRÉE, ÇA VA ÊTRE LOURD »

Du côté de Herve, le président Benoît Spirlet n’est pas ravi des mesures prises ce mardi soir. « On va donc rester au moins trois semaines sans rentrées et pendant ce laps de temps, il va falloir payer les entraîneurs, continuer à assurer les entraînements avec ce que cela implique comme frais d’eau, de gaz et d’électricité. Ou alors on s’entraîne le samedi matin pour économiser l’éclairage. En tout cas, continuer ainsi sans rentrée, ça va être lourd. Et cela va être très difficile le 1er novembre. Si c’est trois semaines et qu’on recommence ensuite, c’est bon, mais... Pour moi, cela aurait été plus malin de tout stopper pendant trois semaines. En outre, en stoppant tout, les clubs auraient eu beaucoup moins de charges. Reste que les jeunes ont payé leur cotisation, donc on doit maintenir l’outil, » détaille l’homme fort hervien, avant de conclure : « Si on ferme les cafétérias, on stoppe le foot ! »

L’avis des entraîneurs : parole à Selahattin Deniz (Malmedy) et Jean-Sébastien Legros (Dison)

Rester en forme d’ici la reprise, ce sera le défi

Les décisions prises par l’ACFF sont tombées durant les heures réservées aux entraînements des équipes premières ce mardi soir. « On a appris les nouvelles à la fin de la séance, » confirme Jean-Sébastien Legros, le coach du Stade Disonais (D3 ACFF). « On va adapter un peu le programme, avec des séances plus ludiques et constructives afin de rester en forme. Les joueurs sont demandeurs de continuer à s’entraîner, sachant que les matchs amicaux sont interdits aussi jusqu’au 1er novembre. Je ne vais de toute façon pas dire aux joueurs qu’on se revoit seulement le mardi 3 novembre, » commente le coach disonais qui, comme ses homologues, va devoir s’adapter une énième fois depuis le mois de mars à des nouvelles mesures. Comme l’interdiction d’accéder aux vestiaires. « On prend acte et on s’adapte. On a fait beaucoup d’efforts depuis de nombreux mois et ce n’est gai pour personne, mais il ne faut pas tout gâcher maintenant. On doit en outre essayer de garder le plaisir de venir à l’entraînement. »

Du côté du RFC Malmundaria (P1), Selahattin Deniz a donné entraînement ce mardi et donnera congé ce jeudi à ses joueurs. « On reprendra la semaine prochaine avec des entraînements pendant trois semaines. Le programme ne sera pas chamboulé car on ne sait pas ce qui se passera après le 1er novembre. On va devoir attendre, mais on n’a pas d’autre choix que de rester actif. Cette période de 3 semaines, pour moi, c’est une façon pour l’ACFF d’être solidaire avec les clubs, qui sont privés de buvette. Et c’est légitime. »

L’avis d’un joueur : « On va devoir recommencer à zéro »

Intéressant aussi de voir ce qu’on en dit du côté des joueurs. L’avis du Spadois Quentin Balhan (Sart, ex-Spa et Faymonville) est éclairant. « Sur le plan personnel, vu que je souffre actuellement d’une petite blessure, cette interruption m’arrange bien pour me retaper. D’une manière générale, il me semble logique qu’on suspende ce type d’activités. Et de toute façon, maintenir des matchs sans buvette, c’est mettre les clubs en difficultés car ils ont des frais. Pour les joueurs, c’est forcément un coup d’arrêt et au niveau du rythme, ce n’est pas bon, mais j’espère aussi que si la courbe du covid redescend, ça va éviter à certaines équipes de voir tout le temps leurs matchs remis, ce qui fausse les championnats. Quoi qu’il en soit, c’est comme si on devait se repréparer. En quatre semaines, les bonnes dynamiques, comme celle de Sart, vont être stoppées et on va devoir recommencer à zéro, » confie le joueur de Sart, qui envisage aussi la tenue des entraînements sans avoir accès aux vestiaires. Cela s’annonce forcément compliqué avec une météo automnale. « Je me vois mal rentrer dans ma voiture plein de boue après l’entraînement. Tout ça est inédit et on ne sait plus quoi penser. On ne peut plus aller à l’intérieur ensemble, mais bien à l’extérieur. On peut faire des entraînements, mais pas des matchs. Cela devient complexe. Dans l’ensemble, je pense tout de même que c’est une bonne décision. Mais c’est au bout de ces quatre semaines qu’on verra l’efficacité de ces mesures. »
Olivier DELFINO

Tous les articles
RFC MALMUNDARIA | Av. Pont de Warche, 1 4960-MALMEDY | TVA BE 0407.272.217 | BANQUE BE93 0011 7086 4667 | schumacherjeanmarie@skynet.be | 0477/277840