Nous contacter
Informations sur DECORAMA-SCHAUSS
Site web JC Cars Waimes
Skip Navigation LinksAccueil > EQUIPES PREMIÈRES > Quotidien-Presse
Skip Navigation Links.
Expand LE CLUBLE CLUB
Collapse EQUIPES PREMIÈRESEQUIPES PREMIÈRES
Quotidien-Presse
La P2C 2018-2019
Noyau P2
Statistiques P2
Noyau P4
Expand Avant-SaisonAvant-Saison
Expand Saisons AntérieuresSaisons Antérieures
Expand EQUIPE DAMESEQUIPE DAMES
Expand ECOLE des JEUNESECOLE des JEUNES
ALBUM PHOTOS
NEWS
§ PRESSE
§ PRESSE
§ PRESSE
§ REDACTIONNEL
§ PRESSE
§ PHOTOS RFCM CHAMPION
§ PRESSE
§ PRESSE
§ MATCHS du WE
§ PHOTOS
§ CROSS PEQUET PHOTOS
§ STATISTIQUES P2
§ PHOTOS St-NICOLAS
§ PHOTOS U14 Régionaux
§ PHOTOS U9 Série B
SAISON 2018-2019 - EQUIPES 1 : QUOTIDIEN & REVUE PRESSE
2019 - AVRIL


Samedi 20/04/2018 FOOTBALL COUPE DE LA PROVINCE

Malmedy : la surprise à Raeren

RAEREN-EYNATTEN - MALMUNDARIA 0 - 1

But : 25e Wolff (0-1).
Cartes jaunes : V. Offerman, Aritz, Schumacher, N. Meyer, Le Bohec..

RAEREN-EYNATTEN : Naftaniel, Herzhoff, Laschet, Bong (65e, Digberekou), V.Offerman, Aritz (75e, Schumacher), Stochkov, Evertz, Dabo, F.Offerman, Islamovic (80e, Doeuillet).
MALMUNDARIA : Giet, N.Meyer, Pierry, Gabriel, Piette (88e, Courtois), P.Meyer, Kivrak, Ordonez, Krings, Duprez (70e, Mathonet), Le Bohec.

Arbitre : M.Fickers

Et le vainqueur est le champion de P2 ! Malmundaria a créé la surprise en allant s’imposer à Raeren-Eynatten en huitièmes de finale de la coupe de la province. Un but de Kivrak, inscrit à la 25e, a fait la différence. « Et nous aurions pu aggraver le score, » expliquait Selahattin Deniz, le coach de Malmundaria. « Surtout en seconde période, quand Raeren tentait d’égaliser et que nous avons eu des occasions. J’ai vu une équipe de Malmedy plus volontaire et bien organisée sur un terrain pas facile. On a gagné ce match tactiquement. »

A WANZE/BAS-OHA

Avec cette victoire, Malmundaria jouera la prochaine coupe de Belgique. « C’était le premier objectif du club, des joueurs et du staff dans cette coupe de la province. Maintenant, on va aller chez le deuxième de la P1. A Wanze/Bas-Oha, ce sera sur un terrain plus grand mais cela ne me fait pas peur car j’ai une équipe capable de jouer au foot. J’espère aussi qu’on pourra décaler l’heure du match. Car jouer à 18h30, c’est impossible pour nous. » Malmedy, en plus des absents longue durée, était privé de Nicolay, Samray (qui était sur le banc mais avec une pointe d’élongation au mollet) et Speder, le gardien. « Mais il était prévu que ce soit Giet qui joue en coupe, » précise Deniz qui a donné congé à son groupe ce week-end. « Mais je pense qu’ils vont se voir à la fête du vin à Ferrières. Ils ont même loué un car. J’ai une bande de potes qui aiment jouer ensemble et, aussi, s’amuser. »

NEGRIN S’EST EMBÊTÉ

S’amuser, Jonathan Negrin ne l’a pas vraiment fait au cours de ces nonante minutes de coupe. « Au jeu du pif,paf, Malmedy a été meilleur que nous sur un terrain injouable. Et je me suis royalement embêté. Il n’y a rien à retirer de ce match. Bong a eu un face à face avec le gardien adverse en début de match qui aurait pu changer les choses. Naftaniel va à la pêche aux moules sur l’action qui amène le but de Malmedy. Dommage, car il a fait un match en sauvant quelques ballons en fin de match sur des contres adverses. Pas un match de champions ? Non, un match de descendants. »

Avec un noyau réduit par de nombreuses absences, Jonathan Negrin était sur la feuille ! Mais il n’a pas joué. « Quand j’ai vu le match, ce n’était pas le type de jeu qui me convenait. Puis, après dix minutes, l’arbitre m’a gentiment demandé d’aller de l’autre côté de la barrière... » Eliminé, Raeren s’entraînera mardi, jouera un match pour une éventuelle qualification en coupe de Belgique jeudi et ira à Weywertz pour terminer le championnat et la saison. Dans l’autre rencontre d’hier soir, le FC Eupen a éliminé Beaufays 3-2.
Jean-Michel MAGAIN

Samedi 20/04/2019 FOOTBALL P2C

Champion chez le voisin ?

Xhoffraix n’a besoin que d’un point ce lundi à Malmedy B

Xhoffraix va-t-il fêter le titre de champion en P4G chez le voisin malmédien ce lundi de Pâques ? C’est très probable, dans la mesure où il ne faut qu’un point aux Xhoffurlains pour pouvoir sabrer le champagne... Rendez-vous ce lundi à 15 heures au stade Lechat.

Le stade Jacques Lechat a de bonnes chances de vibrer pour la deuxième fois en deux weekends au rythme d’une équipe championne. Après Malmundaria dimanche dernier en P2C, c’est le voisin de Xhoffraix, qui vient affronter l’équipe B malmédienne ce lundi de Pâques, qui pourrait bien être sacré en P4G.

Mathématiquement, les choses sont très claires et la probabilité est donc forte de voir Xhoffraix déboucher le champagne sur le coup de 16h45. Seul Spa, le deuxième, peut encore, en théorie du moins, inquiéter Xhoffraix. Mais les Spadois ont 6 points et 2 victoires de moins, à 2 matchs de la fin. Il ne faut donc plus qu’un point aux Xhoffurlains pour décrocher les lauriers. Jalhay, avec 6 points mais surtout 3 victoires de moins, est quant à lui hors course.

Sur le plan chiffré, Xhoffraix a de sacrés atouts à faire valoir : le club reste sur 17 victoires consécutives, a remporté 25 de ses 28 premiers matchs, a la meilleure défense (17 buts encaissés, soit 0,6 par match), le meilleur goal-average (+ 84) et la deuxième meilleure attaque (101 buts inscrits, soit 3,6 par match, pour 102 à Spa). La dernière défaite des joueurs d’Émile De Souza remonte au vendredi 28 septembre 2018 contre... Spa et le dernier partage remonte au 21 octobre à Bellevaux. Voilà qui en dit long et qui explique la sérénité ressentie dans les rangs xhoffurlains.

« Notre état d’esprit ? On est serein et confiant, » indique David Diffels, le capitaine. « On sait ce qu’on a à faire. Ce lundi, un point suffira, mais on ira à Malmedy B pour gagner et pour prendre les trois points. On veut finir avec un maximum de points. »

NERVOSITÉ NON, EXCITATION OUI

Voilà qui a le mérite de la clarté. Pas de nervosité donc, mais bien de l’excitation. Celle de pouvoir fêter le titre dès lundi. « C’est toujours plaisant de pouvoir fêter un titre. J’ai déjà connu la montée de P2 en P1 avec Xhoffraix, » reprend David Diffels. Quid du fait de pouvoir faire la fête chez les voisins malmédiens, si tout se passe bien lundi ? « Cela a une saveur plus particulière que si cela se passait à 3-Frontières, par exemple. On aurait peut-être préféré quand même que cela se passe chez nous, mais on ne va pas calculer. De toute façon, quoi qu’il arrive, on fera la fête chez nous lors du dernier match le week-end d’après. Et on la fera peut-être déjà ce lundi. Je pense que les dirigeants ont préparé un truc et que les supporters ont préparé des drapeaux, etc. »

OBJECTIF P2 À TERME

Pour Xhoffraix, qui avait fait le choix de scratcher son équipe de P1 en fin de saison passée et de redémarrer en P4, ce titre (qui ne peut logiquement pas lui échapper), acquis avec uniquement des gars du cru, aura une saveur spéciale. « L’engouement autour du club n’est jamais parti, » reprend David Diffels, qui jette un regard lucide sur cette saison passée en P4G. « On a répondu aux ambitions et aux attentes. En début de saison, on était considéré comme un des favoris, voire même comme LE favori, et on n’a pas failli à notre tâche. En descendant en P4, on a directement essayé de regravir les échelons et le but ne sera pas de s’arrêter en P3 ! À moyen terme, l’ambition du club, c’est de revenir en P2, la série qu’il préfère. »

Bref, il faudra à nouveau compter avec Xhoffraix la saison prochaine. Et si cela se fera sans François Winkin et François Légat (arrêt), le gros du noyau actuel restera en place.
Olivier DELFINO

Vendredi 19/04/2019 FOOTBALL COUPE DE LA PROVINCE

« Content que Malmedy remonte en P1 »

Vincent Offerman (Raeren) a joué 7 ans à Malmundaria et va revoir beaucoup de monde ce soir

Incontestable affiche de ces 8es de finales, Raeren-Malmundaria (à Eynatten ce vendredi soir) aura une saveur pour le moins particulière pour Vincent Offerman qui a porté le maillot des Dragons avec Selahattin Deniz et Philippe Lecapitaine...

Quand le récent champion de P1 reçoit le récent champion de P2C, on ne peut pas trouver meilleure affiche pour ce 8e de finale qui se disputera, ce vendredi soir, entre Raeren-Eynatten et Malmundaria (NDLR : sur le terrain d’Eynatten) ! De plus, celle-ci aura vraiment une saveur particulière pour le défenseur frontalier, Vincent Offerman, qui a porté, jadis, les couleurs du RFC Malmundaria. « Oui, j’y étais arrivé à l’âge de 19 ans en provenance de l’AS Eupen. Normalement, j’aurais dû retourner au CS Verviers, qui était mon club formateur, mais Manfred Theissen (AS Eupen) demandait de l’argent et les Béliers n’ont jamais voulu payer. Du coup, on était tard dans le mois de juin et je me retrouvais sans club. Puis, j’ai eu un contact avec Damien Chaballe, alors président de Malmedy et j’ai donc débarqué sous le maillot des Dragons qui venaient de monter en promotion. »

C’était à la suite du fameux tour final et du fameux but de Renaud Stassart...

Le prof de gym heusytois va revoir pas mal de monde du côté de la Warche, même si ce n’est pas une première pour lui. « Oui, j’ai déjà affronté Malmedy avec Xhoffraix, mais aussi cette saison en match amical (1-1) au mois d’octobre, mais j’étais blessé et n’avais pu jouer face à mon ancien club. »

C’est donc partie remise pour ce vendredi soir dans un match de prestige et de retrouvailles aussi ! « Oui, j’ai joué jadis avec l’entraîneur actuel, Selahattin Deniz, mais aussi le président malmédien, Philippe Lecapitaine. En dehors de ceux-ci, j’ai vu apparaître Kevin Nicolay dans l’équipe 1, mais aussi des garçons comme Pierre Meyer, Geoffrey Speder ou encore Orhan Kivrak. Mais, je me réjouis de voir aussi bien d’autres personnes comme Freddy et Jean-Marie Schumacher. C’est toujours très sympa. »

Même si son septennat s’était terminé en eau de boudin... « Oui, j’étais parti déçu du stade Jacques Lechat car cela ne s’était pas trop bien passé avec Fabien Bruyère, qui était devenu président. À l’époque, j’avais pris les devants et avais rejoint Xhoffraix jusqu’à la saison passée. Je vois que Malmundaria a retrouvé une âme et cela a manqué pendant quelques saisons. Je suis content de tout ça et qu’ils remontent en P1. »

Ainsi, le duel de ce vendredi sera pour le moins alléchant. « Assurément, même si je ne connais plus trop bien le terrain d’Eynatten. J’y avais joué à l’époque, mais jamais avec Raeren, » signalait Vincent. « Ce vendredi, ce sera quand même une petite finale car c’est un champion contre un autre champion. J’espère que nous allons quand même émerger car nous sommes les favoris. Mais nous allons avoir quelques absents importants comme Johnen, Lauffs ou encore Collubry. Je m’attends à une belle partie avec 2 équipes qui vont jouer au foot et avec un jeu offensif. »

À suivre assurément !
Patrick GODARD

Jeudi 18/04/2019 : Rédactionnel pour LES ECHOS de ce jour
Provinciale 2 : RFC Malmundaria – La Calamine B (1-1)
Rappelons tout d'abord le contexte : pour être champion de Provinciale 2 C et ouvrir les portes de la P 1, les malmédiens pouvaient se contenter d'un match nul face à La Calamine. Plantons ensuite le décor : une assistance fournie, une logistique à la hauteur, un stade qui pavoisait aux couleurs locales, une fanfare, la télévision régionale qui transmettait l'événement en direct... Les acteurs n'avaient plus qu'à prendre possession de l'arène et livrer leur combat décisif. Ce ne fut pas un grand match, loin s'en faut. La nervosité était palpable et se transformait en un stress de mauvais aloi. Malmedy pris rapidement un but "gag" qui ne fit rire personne mais égalisa avant le repos de maîtresse façon. En seconde période, les occasions se succédèrent mis rien n'y fit : il fallut se contenter d'un nul. Peu importe ! Le titre était dans la poche, la fête fut grandiose. Joueurs, staff, dirigeants et supporters ont partagé quelques heures (seuls les derniers rentrés pourront vous dire combien !) de bonheur intense. Les chants de victoire déferlaient sur la buvette, bondée comme aux toutes grandes heures. Ce fut beau, ce fut grand. Nous ne dévoilerons rien de plus et nous contenterons de féliciter tous ceux qui ont œuvré à ce retour parmi l'élite provinciale : staff, joueurs, dirigeants, bénévoles (et ils sont nombreux), mais aussi supporters. Nous ne bouderons pas notre plaisir d'avoir atteint cet objectif avec des gars du coin, formés pour la grosse majorité d'entre eux par Malmundaria. Il est dès lors juste d'associer dans nos remerciements ces formateurs qui encadrent inlassablement les enfants dès leur plus jeune âge pour les conduire à l'équipe fanion et au succès. Nous remercierons tous ceux qui nous ont aidé et nous aident à proposer des infrastructures à la hauteur d'une Ville comme Malmedy. Et enfin, nous terminerons en insistant sur une valeur fondamentale du foot régional : la modestie. Savoir évaluer et apprécier ses limites, associer rôle formateur, social et ambitions. En continuant de la sorte, Malmundaria a encore de beaux jours en perspective. Merci à tous pour ces beaux moments ! Et puisque le championnat n'est pas terminé, nous fixons rendez-vous à tous les supporters le dimanche 28 avril (attention à la date) à 15 heures au terrain de l'Entente Verviétoise. Allons les verts !

Provinciale 4 : RFC Malmundaria B – Lontzen B (3-1)
Nos équipes fanion ont donc réalisé un carton plein ce week-end avec une victoire convaincante de la P4 face à Lontzen. Malmundaria s'offrit deux belles occasions dès le coup d'envoi pour rentrer aux vestiaires sur un score de parité. En seconde période, c'est très logiquement que les nôtres émergèrent, inscrivant les deux buts synonymes de trois points. Lundi prochain, à 15 heures, nous recevrons l'équipe de Xhoffraix, autre club malmédien qui réalise un superbe parcours. Un point suffira aux rouges et blancs pour revêtir la toge du champion et acquérir ainsi le passeport vers la catégorie supérieure. Nos joueurs s'inscriront-ils en victime consentante ? Que nenni ! Nous devrions donc vivre une très belle rencontre et, quel que soit le résultat, une nouvelle troisième mi-temps de derrière les fagots. Qu'on se le dise !

Challenge pascal 2019
Que serait un club qui se dit ambitieux sans ses équipes de jeunes ? Bien peu de choses en fait. Malmundaria a bien assimilé cette évidence et proposera tout au long de ce prochain week-end son traditionnel Challenge Pascal. Vendredi, à partir de 18 heures, les scolaires ouvriront le bal alors que samedi à partir de 9 heures les minimes en découdront, suivis à 14 heures des benjamins et à 16 heures des diablotins. Lundi, les cadets débuteront leur tournoi à 9 heures, tandis que les pré minimes leur emboîteront le pas à partir de 15 heures. L'organisation prévoit, comme d'habitude d'ailleurs, un accueil soigné tant pour les petits que pour leurs parents, famille et amis, avec bar, petite restauration et bien d'autres encore. Autant de bonnes raisons de vous rendre, sous un soleil qui devrait être omniprésent, au stade Lechat, "The Place to be" de ce mois d'avril.
P.L.

Mercredi 17/04/2019 FOOTBALL P2C

« Le match face à Sart a servi de déclic »

Audric Vicqueray, auteur de 21 buts avec Franchimont, analyse la très bonne 3e partie de saison

Franchimont cartonne en ce moment. Tant et si bien que le club theutois vient de reprendre la tête de la troisième tranche. S’ils gagnent leur dernière rencontre, les Franchimontois participeront au tour final. Audric Vicqueray, auteur de 21 buts cette saison pour sa première année, analyse pour nous les bonnes performances de son équipe.

S’il y a bien une équipe qui impressionne en ce moment, c’est Franchimont. Auteurs d’un 23/27 lors des neuf dernières rencontres, ce qui leur permet, suite au faux pas de Malmedy, d’être premiers de la 3e tranche, les hommes d’Olivier Laffineur effectuent une fin de championnat en boulet de canon. Pour le jeune Audric Vicqueray, qui effectue sa première saison avec l’équipe A, ces bons résultats sont la conséquence d’un esprit d’équipe retrouvé à Franchimont. « La victoire 1-3 à Sart nous a vraiment servi de déclic. On n’a pas été les meilleurs sur le terrain ce jour-là, mais la force du collectif a fait qu’on est allé chercher les trois points. On s’est rendu compte qu’on pouvait battre n’importe qui, » confie-t-il.

Et depuis, les bons résultats s’enchaînent avec des victoires contre Eupen et Stavelot notamment, ainsi qu’un match nul acquis face au leader malmédien, qui restait sur 14 victoires d’affilée. Pour Audric Vicqueray, c’est, depuis cette rencontre, le groupe qui fait la différence. « On forme vraiment un bloc équipe sur et en dehors du terrain. Encore le week-end dernier, on s’est tous retrouvés au resto. Depuis quelques semaines, on prend davantage le temps de remonter boire un verre à la buvette et de fêter nos victoires. C’est aussi important. »

Ces bons résultats permettent donc à Franchimont d’être premier de la tranche. Une situation à laquelle les Theutois ne s’attendaient pas nécessairement. « Après le 3-3 face à Malmedy, qu’on a encore en travers de la gorge, on ne pensait pas pouvoir encore jouer la gagne. On ne voyait pas où Malmedy pourrait encore perdre des points. Mais on a tout de même joué le coup à fond et le match nul de ce dimanche face à La Calamine nous permet de passer devant au goal-average. »

Franchimont a désormais presque son sort entre ses mains avec un avantage de 5 buts au goal-average. S’ils s’imposent lors de la dernière journée face à Recht et que Malmedy ne gagne pas avec un écart de 5 buts de plus qu’eux, les Theutois seront assurés de participer au tour final. « Mais on devrait relever notre niveau de jeu. On n’a pas très bien joué face aux deux Verviers les dernières semaines et face à Recht, ça ne payera pas, » estime-t-il.

Une participation au tour final ferait d’autant plus plaisir à Audric Vicqueray qu’elle lui permettrait de retrouver Elsaute, son ancien club. « J’ai encore pas mal d’amis là-bas, ce serait un beau clin d’oeil, » sourit celui qui est l’un des grands artisans de la très bonne troisième partie de saison de Franchimont. Pour sa première saison, il a en effet déjà planté 21 roses. « C’est avant tout un travail collectif. Sans mes coéquipiers, je n’aurais pas marqué autant de buts. Tout roule pour nous et on marque dès lors plus facilement. »

Le futur club dirigé par Karim Najdawi jouera en vert et blanc

Le projet de fusion des deux Verviers déposé

Les clubs qui désirent fusionner en vue de la saison prochaine avaient jusqu’à ce lundi pour envoyer leur projet à l’Union belge. Et le projet verviétois qui verra le CS et l’Étoile ne faire qu’un lors de la prochaine saison est bel et bien parti, nous confirme Jaouad Zteyat, le CQ du CS Verviers. « Tout a été fait dans les règles et nous avons été notifiés que le projet avait bel et bien été reçu. Mais ce ne sera pas validé avant le 22 juin, » nous confie-t-il.

En attendant, les contours du futur club continuent de se dessiner. Ainsi, après l’officialisation de Maxime Degey comme président, de Karim Najdawi comme T1 ou encore du matricule 9657 (celui du CS, qui permettra de garder le label 2 étoiles pour la formation des jeunes), nous avons appris que le futur club de Verviers jouerait toujours en vert et blanc la saison prochaine. « Par ailleurs, on est en train de faire un nouveau logo. Il reprendra le bélier du CS Verviers ainsi qu’une partie du design de l’Étoile Verviétoise. Le logo reprendra également le vert et le blanc, » confirme Jaouad Zteyat. Ce logo sera dévoilé dans les prochaines semaines. Il en va de même pour le futur nom que les dirigeants préfèrent ne pas encore dévoiler actuellement. En filigrane, on nous dit que c’est parce qu’il n’est pas encore définitif. Deux options sont encore sur la table : Alliance Verviers ou FC Verviers. Le comité devrait se diriger dans les prochaines semaines.

Reste à savoir si le club évoluera en P2 ou en P3 la saison prochaine. Les deux clubs étant actuellement dernier et avant-dernier en P2C, il y a vraiment peu de chance qu’ils se sauvent. Mais c’est toujours mathématiquement possible. « Du côté du CS, ce sera vraiment compliqué, mais l’Étoile, on ne sait jamais, » rétorque Jaouad Zteyat. L’issue de la dernière journée permettra de savoir si le futur club verviétois évoluera en P2 et en P3 ou en P3 et en P4. L’issue du championnat devrait également permettre de débloquer certains transferts. Si Karim Najdawi a bien certains joueurs pour l’an prochain, l’effectif est encore loin d’être bouclé.
Loïc MANGUETTE

Mardi 16/03/2019 P2C

Philippe Lecapitaine savoure son premier titre en tant que président de Malmedy

« C’est l’aboutissement de 3 ans de travail ! »

Quel regard portez-vous sur ce titre décroché en P2C dimanche ?

C’est l’aboutissement de trois ans de travail ! Quand j’ai repris la présidence du club en mars 2016, je voulais retrouver des Malmédiens sur le terrain. Cette saison, il y en a 15 parmi les 20 joueurs du noyau. Je voulais aussi un entraîneur qui connaît le club et a la même mentalité que moi. J’ai fait revenir des joueurs malmédiens, mais ce n’est pas si simple que cela, en fait.

> Reste que Malmedy a retrouvé une âme ces dernières années...
L’âme du club est là et même les transferts comme Nicolas Duprez sont des gars de la région.

> La saison prochaine, Malmedy devra hélas composer sans son capitaine Nicolas Meyer, qui a annoncé son retrait en fin de saison...
Il restera tout de même disponible pour le club. Et puis, on a quelqu’un pour le remplacer dans le noyau : Florian Samray est là. L’équipe qu’on a là a sa place en P1. Et il y aura 15 Malmédiens sur les 21 joueurs la saison prochaine !

> Doit-on encore attendre des arrivées après celles de Momo Duran, Bastien Hungs et Jonathan Monte ?
Au niveau des transferts entrants, c’est quasiment fini. On cherche juste encore un jeune U21.

> Avec quelle ambition Malmundaria abordera-t-il son retour au plus haut échelon provincial ?
Je pense qu’on a le potentiel pour se sauver facilement et jouer le ventre mou. Au niveau structurel, le comité est en place et travaille bien et rien ne va changer au niveau de l’organisation du club.

> Était-ce un objectif pour un club comme le vôtre de renouer avec la Provinciale 1?
Il y a deux ans, la réponse aurait été non; il y a un an, c’était non aussi, mais cette fois, c’est oui. J’estime, personnellement, que Malmedy doit au moins être en P1, mais on ne peut pas faire n’importe quoi. Il y a 10 ans, avec des formations comme Warnant, Waremme, Vyle-Tharoul, etc., la P1 n’avait aucun intérêt pour Malmedy. La saison prochaine, avec des clubs comme Ster-Francorchamps, Aubel, Amblève, etc., ce sera une belle série, en espérant que des clubs régionaux en plus nous rejoignent via le tour final, comme Sart, par exemple.

> Revenons-en à la journée de dimanche. Comment l’avez-vous vécue ?
C’était stressant depuis samedi soir. Dimanche, je pense que les gens autour du club étaient confiants, l’équipe un peu moins car il y a toujours ce stress d’être champion. Un tel match n’est jamais simple : il y a du monde, une fanfare, tout est là pour faire la fête. Le stress était présent, mais plus sur la pelouse qu’en tribune, car on savait qu’on allait prendre au moins un point.

> Votre fils Victor était présent aussi pour ce jour historique avec un costume de circonstance : le dragon est en effet le surnom donné aux joueurs malmédiens...
Ce costume-là existe depuis au moins 15 ans et appartient au club. Il reste d’ailleurs dans la buvette du club.

> Quid de la suite immédiate après cette journée éprouvante sur le plan nerveux ?
Je vais relâcher tout ça (sourire).
Olivier DELFINO

Lundi 15/04/2019 P2C

Malmedy attendait ça depuis 23 ans

Un titre qui récompense un gros travail

Ça y est, Malmedy retrouvera la P1 la saison prochaine ! Au terme d’un partage suffisant contre La Calamine B, les Malmédiens se sont approprié le titre de champion en P2C. Un titre que le club attendait depuis 23 ans. Selahattin Deniz présente la particularité d’avoir connu celui de la saison 1995-1996 en tant que joueur et celui-ci en tant qu’entraîneur.

La dernière fois que l’équipe fanion de Malmedy avait fêté un titre de champion, c’était au terme de la saison 1995-1996, déjà en P2. Et Selahattin Deniz, alors joueur, faisait déjà partie de l’aventure. 23 ans plus tard, c’est en tant que coach qu’il a vécu le titre malmédien.

« C’est l’accomplissement de trois ans de travail. Le club a retrouvé une âme, une identité. Je suis un gars du cru : à 10 ans, je jouais déjà à Malmedy et là, je me retrouve T1 de l’équipe fanion. Quand un gars du club endosse cette fonction, ça peut être quitte ou double et ici, ça a marché, » analyse l’entraîneur malmédien, qui avait déjà mené les juniors provinciaux et l’équipe B du club au titre par le passé. Bref, un sacré palmarès pour un homme très attaché au matricule 188. « C’est mon club et j’aime voir des gars du cru, des Malmédiens qui y jouent. Ce titre, je n’en reviens pas, je ne réalise pas ! C’est de la fierté que j’éprouve ce dimanche. En début de saison, on se posait plein de questions et finalement, on arrive à être champion. Je vais savourer. »

Et quand on lui demande s’il préfère un titre en tant que joueur ou en tant qu’entraîneur, voici sa réponse : « C’est complètement différent à vivre, mais je crois que c’est plus agréable en tant que joueur, car tu participes plus au jeu. »

Au-delà de ces considérations, le RFC Malmundaria peut à présent préparer sereinement son retour au sein de l’élite provinciale après 4 saisons en P2C. « En montant en P1, on arrive à la place où on doit être, » reprend le coach. « On essaiera de se sauver le plus vite possible, mais je sais qu’on aura une équipe pour bien figurer. On tâchera de s’installer progressivement dans cette P1. »

Une chose est acquise, on va miser sur la stabilité au stade Lechat, où seuls trois transferts ont été réalisés jusqu’à présent (Momo Duran, Bastien Hungs et Jonathan Monte) et où un U21 pourrait encore débarquer. Et sur les 21 joueurs qui composeront le noyau A, 75 % seront des Malmédiens ! Une belle preuve de la volonté de préserver l’ancrage local. Jean-Marie Schumacher, le correspondant qualifié du club, avait déjà vécu la montée de 1996 : son fils Philippe était alors sur la pelouse. Cette fois, il était à nouveau aux premières loges. « Malmedy doit être au moins en P1. La saison prochaine, le budget sera maintenu et adviendra ce qu’il adviendra. » Pas question de folies, donc...

Il y avait en tout cas bien longtemps qu’on n’avait plus vu autant de monde au stade Lechat. Certes, le club avait invité de nombreuses personnes, mais cela démontre à souhait que le RFC Malmundaria sait à nouveau fédérer du monde. « J’estime qu’il y avait 400 personnes ce dimanche. Plein d’anciens sont revenus. On avait par exemple invité les joueurs de l’équipe championne il y a 23 ans, » conclut Jean-Marie Schumacher.

Parmi les spectateurs attentifs, citons le Malmédien Jérôme Meys, qui avait arbitré Seraing en D1 Amateurs la veille...

Une fin en apothéose pour Nicolas Meyer

Le capitaine va tirer sa révérence

Fleuri avant le match pour son dernier match à domicile, Nicolas Meyer, le capitaine malmédien que l’on a aussi connu à Waimes (7 ans) et à Saint-Vith (4 ans), mettra un terme à sa carrière au terme de la saison et n’accompagnera donc pas Malmedy en P1 la saison prochaine. « Je ressens un peu de nostalgie et un petit pincement au coeur, car j’avais encore les jambes pour jouer l’une ou l’autre saison, mais mon choix est posé en fonction de critères familiaux et professionnels. J’ai en effet deux filles en bas âge. En parallèle, en tant que kiné indépendant, je vais avoir des formations dès septembre. Du coup, je ne pourrai plus être là tout le temps aux entraînements. Or, j’ai besoin d’être à tous les entraînements pour être fit. Sur trois saisons ici, je ne sais pas si j’en ai loupé ne serait-ce que 5 ou 6... Je ne vais avoir que 33 ans, mais je me suis chaque fois investi à fond et là, je ne saurai plus le faire. Je resterai néanmoins affilié à Malmedy, j’habite à 500 mètres du stade, » explique le Malmédien, qui restera disponible au cas où et clôture sa carrière en beauté. « Cette décision me trotte en tête depuis la trêve. Sportivement, je viens de vivre trois saisons magnifiques à Malmedy, avec deux participations au tour final et ce titre de champion; c’est l’apothéose d’être titré à domicile. »

Il ne connaîtra donc pas la P1, une série qu’il a approchée lorsqu’il avait 16 ans. « J’y ai joué une fois 15-20 minutes et une autre fois une minute. Pas suffisant pour vraiment connaître la P1, » reprend le capitaine, qui espère bien conclure par une victoire lors de la dernière journée de championnat face à l’Étoile Verviétoise, histoire de porter le brevet d’invincibilité malmédien à 18 matchs de rang. « Ce dimanche, j’étais obnubilé par le point à prendre, je n’ai pas vraiment pensé à mon dernier match à domicile. Il n’y avait pas trop de pression sur nos épaules au coup d’envoi, car il nous restait encore une chance face à l’Étoile Verviétoise au cas où, mais on ne pensait qu’au titre. »

Un titre décroché devant une belle assistance. « C’est aussi le travail de tout un comité, en faisant revenir plus de joueurs locaux. Cela aide à remplir la buvette (sourire), » ponctue Nicolas Meyer, qui comptait bien profiter du tout premier titre de champion de sa carrière. « Même chez les jeunes, cela ne m’était jamais arrivé. »

Geoffrey Speder n’accompagnera pas Malmedy en P1 la saison prochaine

« Rarement vu une équipe si soudée »

« Humainement, c’est à regret que je ne vais pas accompagner Malmedy en P1. J’ai rarement connu une équipe aussi soudée, avec autant d’osmose. C’est plus que des amis : c’est une famille. Je n’ai pas vu passer la saison. Dieu sait que les entraînements, ce n’est pas mon dada, mais cette saison, c’était un plaisir. Je tiens aussi à mettre le coach en évidence et l’entraîneur des gardiens; cela faisait longtemps que je n’avais plus eu des entraînements de keeper pareils. Et cela a été un plaisir de travailler avec Lionel Giet, l’autre gardien de but du noyau, » confie Geoffrey Speder qui, pour des raisons professionnelles (horaires variables à la police pas toujours simples à combiner avec les entraînements et les matchs), a décidé de s’en aller. « C’est à contrecoeur que je pars, mais je ne me sentais pas d’accompagner le club en P1. »

Il va en tout cas pouvoir partir avec le sentiment du devoir accompli. D’autant que sa floche sur l’ouverture du score calaminoise a été réparée rapidement par Nicolay et n’a pas porté à conséquence. « J’ai de suite relevé la tête et j’étais confiant pour la suite après le but encaissé. C’est le fil de notre saison en fait : on ne doute jamais et on sait qu’on peut renverser les situations. Entre nous, on s’était dit en début de saison qu’on visait le titre, sans le déclarer ouvertement. C’est resté dans notre bulle. La saison a été gérée de main de maître, » dit encore Geoffrey, qui avait déjà été champion avec La Calamine en Promotion et avec les juniors de Malmedy.

Maintenant que Malmedy est fixé sur son avenir, Geoffrey Speder va pouvoir se concentrer sur le sien, qui n’est pas encore déterminé. « J’ai des contacts, notamment en P2 et en P3, mais je voulais d’abord être champion et voir après; j’ai le temps, » dit encore le gardien de but, qui a travaillé la nuit de samedi à dimanche et n’a guère dormi avant le duel face à La Calamine. Il a par contre su s’arranger pour ne pas travailler cette nuit et pouvoir faire la fête avec ses équipiers...

Sans briller, Malmedy a pris le point nécessaire

Nicolay libère Malmedy avec un chef-d’oeuvre

Malmedy a assuré l’essentiel ce dimanche face à La Calamine, à savoir prendre un point suffisant pour être sacré champion en P2C. Et avec ce 1-1, le RFC Malmundaria prolonge son impressionnante série d’invincibilité, désormais portée à 17 matchs consécutifs.

Mais ça n’a pas été simple, puisque La Calamine a mené au score dès la 23e minute. Sur un tir qui semblait anodin de Kroha, Speder se loupait : 0-1. À ce moment-là, Malmedy n’était plus champion... La délivrance est venue quelques minutes plus tard des pieds de Nicolay, auteur d’un véritable chef-d’oeuvre pour rétablir l’égalité juste avant la demi-heure. 1-1, ce sera aussi le score final d’un match qui ne restera pas dans les mémoires pour la qualité du jeu déployé. Mais l’essentiel n’était pas là pour Malmedy ce dimanche...
Olivier DELFINO


2019 - MARS

2019 - FEVRIER

2019 - JANVIER

2018 - DECEMBRE

2018 - NOVEMBRE

2018 - OCTOBRE

2018 - SEPTEMBRE

2018 - AOUT

2018 - JUILLET

2018 - JUIN


RFC Malmundaria | Avenue du Pont de Warche, 1B 4960-MALMEDY | schumacherjeanmarie@skynet.be | 0477/277 840 |